Alain Artaud – Producteur & Éditeur

Passionné de musique et musicien dans plusieurs groupes, tout en poursuivant ses études (maîtrise de sciences éco et diplômé de Sciences Po Paris section Eco fi), Alain Artaud décide de laisser tomber sa future carrière de musicien pour rejoindre une maison de disque.

Il répond à l’appel de Patrick Zelnik et intègre une jeune société indépendante (Virgin) qui vient d’ouvrir une filiale en France où il remplit la fonction de responsable des artistes internationaux (Simple Minds, UB40, Culture Club, Japan,XTC..).

Il devient ensuite directeur du marketing de Virgin France à la fin des années 80. Là, il travaille avec des artistes comme Renaud, Etienne Daho, Julien Clerc et Alain Souchon, Jean Louis Murat, Les Innocents

Parallèlement, il signe, pour la France, tous les grands Label indépendants anglais (Creation ,4AD, Beggars Banquet, Setanta, Factory…) et cofonde un petit département appelé « Labels » dédié au développement de labels indés en Europe et d’Artistes producteurs. La philosophie suivie est la suivante: « même si cette musique parait difficile au premier abord, elle est spéciale mais pas spécialisée ! »

En 1995, le département devient une maison de disque à part entière et signe également des artistes (en plus des labels). Il développe ainsi des labels et des artistes indépendants et leur permet de trouver leur public.

On retiendra le succès rencontré par Moby, Depeche Mode, Chemical Brothers, Nick Cave the Pixies… Alain Artaud va aussi s’atteler au développement d’artistes français, à la fois singuliers et en phase avec leur époque et leurs publics. Il jouera ainsi un rôle important dans le développement de la nouvelle chanson française : signature de Dominique A, production de plusieurs albums de Yann Tiersen (dont la bande originale de « Amélie Poulain », avec plus de 2 millions d’exemplaires vendus dont 1 million hors France), production de plusieurs albums de Jean-Louis Murat dont le magnifique « Mustango ».

Alain Artaud a également signé l’artiste franco-espagnol Bruno Garcia qui, avec son groupe Sergent Garcia, a vendu plus de 700.000 albums. La Signature de Cali viendra couronner un travail d’équipe mené par Morvan Boury et Stéphane Espinosa. Labels a également largement participé à l’éclosion et au développement de la scène électronique française en signant, avec Maya Masseboeuf et Emmanuel de Buretel, Daft Punk et les compilations des soirées Respect, Superfunk, Emmanuel Top & BBE ; ces projets artistiques et ces disques se sont exportés dans le monde entier, contribuant ainsi à replacer la France sur la carte des pays exportateurs de musique.

Parallèlement, Alain Artaud dirige le label « Source » dont il reprend la direction en 1998 et collabore avec Phoenix et Air. Ces derniers, avec Daft Punk, se classent parmi les plus gros vendeurs français à l’export. Il travaille également avec Henri Salvador dont le come-back à 80 ans écrira une belle histoire (2 millions d’album vendus de « Chambre avec vue »).

En 2002, Alain Artaud prend la direction de Capitol, label qu’il quitte rapidement, en désaccord avec la nouvelle direction, pour prendre la direction du label indépendant V2 de Richard Branson. La politique artistique de V2 est éclectique : le label ouvre son horizon musical à toutes les identités, tous les talents singuliers.

Aux côtés de valeurs sûres telles que Jean-Louis Murat ou Isabelle Boulay, Alain Artaud travaille également au développement de nouveaux artistes tels que Nosfell, Anaïs (Victoire de la Musique et meilleure vente indé en 2006), Didier Super, Daphné (Prix Constantin), Babet de Dyonisos, Rhinoceros… Chez V2, Alain Artaud signe également Henri Salvador dont il avait déjà orchestré le retour en 2000 avec l’album « Chambre Avec Vue ».

En 2005, Alain Artaud co-fonde « Cooperative Music », organisation européenne dédiée aux labels indépendants à travers l’Europe avec Wichita (Bloc Party, Clap Your Hands Say Yeah) ou encore City Slang (Calexico, Lambchop).

V2 est racheté par Universal Music France et Alain Artaud prend alors, à la demande de Pascal Nègre, la direction du Label Polydor. Parmi ses signatures, on retrouve l’artiste Féfé (ex Saian Supa Crew), Skip the Use, Julian Peretta, Jean-Louis Murat, Henri Salvador ; avec un roster français assez large (Maxime Le forestier, Lara Fabian, Maurane…)

En 2012, Alain Artaud poursuit l’aventure en fondant MANASSAS, une micro-structure qui a pour objet l’Edition, le consulting, la production et le management d’artistes. Manassas a pour clients Baptiste Hamon (Production, Co Edition), Lenny Kravitz, Alma Forrer, KOBALT, Stefi Celma (auteur-compositeur-interprète et actrice notamment dans la série 10%), BMG dont il monte et dirige le label en collaborant pendant 3 ans, Theo Lawrence ou encore Eddy Mitchell (contrats, direction artistique et production exécutive).

Alain Artaud a été nommé Chevalier des Arts et des Lettres (par le ministre de la culture Renaud Donnedieu de Vabres) et a remporté le Prix Constantin à trois reprises (avec Cali, Emily Loizeau et Daphné).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *